La déforestation proche du niveau record dans l’Amazonie brésilienne


Si elle n’atteint pas les niveaux de juillet 2021, la déforestation reste préoccupante au Brésil. La politique du président Jair Bolsonaro est pointée du doigt par les ONG.

La déforestation reste un fléau au Brésil. En Amazonie, le phénomène a certes diminué de 1,5% le mois dernier par rapport à juillet 2021, mais il reste proche des niveaux record. Cela suscite de nouvelles mises en garde sur la destruction galopante de la plus grande forêt tropicale du monde.

La surveillance par satellite a ainsi comptabilisé 1476 kilomètres carrés de couverture forestière détruite, selon les chiffres publiés vendredi par le programme de surveillance DETER de l’agence spatiale nationale. C’est le cinquième pire mois depuis le début du programme en 2015. Les mois de janvier, février et avril 2022 avaient quant à eux tous battu des records de déforestation en Amazonie.

Le soutien de Jair Bolsonaro a des industries polluantes mis en cause

Les critiques accusent le président et candidat à sa réélection, Jair Bolsonaro, d’alimenter la déforestation en ne donnant pas les moyens pour appliquer les lois sur l’environnement et en soutenant les industries agroalimentaires et minières. Il défend également des projets risquant d’aggraver la déforestation, comme la rénovation de l’autoroute BR-319.

Depuis que Jair Bolsonaro a pris ses fonctions en janvier 2019, la déforestation annuelle moyenne en Amazonie brésilienne a augmenté de 75% par rapport à la décennie précédente, malgré les avertissements croissants sur la santé de la forêt tropicale, un « puits de carbone » massif considéré comme une ressource vitale dans la course pour contenir le changement climatique.

« Il est alarmant de voir des taux de déforestation aussi élevés à un moment où nous subissons déjà les effets du changement climatique : sécheresses, températures extrêmes, inondations », signale Edegar de Oliveira du Fonds mondial pour la nature (WWF) Brésil. « L’administration Bolsonaro entame ses derniers mois avec une destruction environnementale record », ajoute-t-il dans un communiqué.

Le mois de juillet marque généralement le début de la saison la plus intense pour la déforestation en Amazonie, lorsque le temps sec permet davantage de coupes claires.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*