La Nasa va installer un robot-chirurgien dans la Station spatiale, comme dans les films de S-F


Afin de développer la chirurgie robotique dans l’espace, la Nasa va envoyer le robot Mira pour des expérimentations à bord de la Station Spatiale Internationale. L’appareil, qui a déjà effectué des opérations sur Terre, est doté de deux bras avec un outil chirurgical à chaque extrémité.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Un robot médical peut-il opérer la colonne vertébrale ?
  Le robot chirurgien Rosa accompagne déjà depuis plusieurs années des neurochirurgiens pour des opérations du cerveau. Il a été adapté à un autre domaine médical : la chirurgie du dos, en particulier celle de la colonne vertébrale. 

L’une des difficultés à laquelle doivent faire face les astronautes, et qui deviendra un problème capital à l’avenir lors de longs voyages dans l’espace, par exemple vers Mars, c’est l’accès aux soins. Pour cette raison, la Nasa compte envoyer un robot chirurgien à bord de la Station spatiale internationale (ISS).

Virtual Incision, une start-up de l’université du Nebraska à Lincoln, vient de se voir attribuer un budget de 100.000 dollars afin de préparer son robot Mira pour un séjour dans l’espace. La firme travaille sur ce robot depuis près de 20 ans. Mira est composé de deux bras articulés avec chacun au bout une petite pince, et des chirurgiens l’ont déjà utilisé pour une colectomie.

Découvrez le robot chirurgien Mira dans cette vidéo de présentation. © Virtual Incision

Lancement prévu en 2024

Toutefois, le robot ne va pas opérer sur les astronautes. Il devra couper des élastiques et déplacer des anneaux avec des mouvements reproduisant ceux utilisés en chirurgie. Le but de ce projet est de pouvoir tester l’appareil sans la gravité terrestre. « Nous nous attendons à ce que le robot se comporte différemment dans l’espace, a déclaré Shane Farritor, cofondateur de Virtual Incision. Toute force ou jeu au niveau des articulations entraînera une imprécision en apesanteur ».

Les chercheurs devront s’assurer que le robot est suffisamment solide pour survivre au lancement. Ils devront aussi programmer le robot pour effectuer les tests de manière autonome afin de limiter l’utilisation de la bande passante de l’ISS ainsi que le temps que les astronautes devront passer dessus. Il leur suffira normalement de l’allumer, puis de l’éteindre deux heures plus tard.

La Nasa prévoit d’envoyer le robot sur l’ISS en 2024. Il s’agit d’un projet à long terme, puisque Shane Farritor ne s’attend pas à ce qu’il puisse réaliser des opérations de manière autonome avant 50 ou 100 ans.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*